Mon réfrigérateur fait du bruit, que puis-je faire ?

Même si la plupart des réfrigérateurs tendent à devenir silencieux, certains vieux modèles peuvent être particulièrement bruyants. Lorsque le problème du bruit se fait de plus en plus présent, il est nécessaire de savoir distinguer les bruits habituels du réfrigérateur de ceux qui sont quant à eux inhabituels. De même, quelques conseils simples peuvent vous permettre d’atténuer le bruit que fait un vieux frigo ou un réfrigérateur qui présente un problème inhabituel. Faisons un récapitulatif des principaux points à connaître.

Quels sont les bruits habituels du réfrigérateur ?

Un réfrigérateur n’est jamais complètement silencieux et plusieurs bruits habituels peuvent être repérés. En effet, comme cet appareil fait circuler un fluide passant de l’état gazeux à l’état liquide, il y a différentes phases du processus qui comportent leurs propres bruits :

  • le bruit du compresseur, qui s’apparente à un ronronnement ou un bourdonnement ;
  • le bruit du condenseur, que l’on peut comparer à une sorte de glouglou ou d’égouttement ;
  • le bruit du détendeur, que l’on reconnaît à son de gargouillement ;
  • le bruit de l’évaporateur, qui s’apparente lui aussi à un gargouillis ;
  • le bruit du thermostat, qui prend la forme d’un léger clic ou d’un claquement un peu plus flagrant ;
  • le bruit du dégivrage, que l’on reconnaît à son craquement, voire à son sifflement ;
  • le bruit de circulation de l’air, qui laisse entendre également un léger sifflement.

D’autres raisons peuvent impliquer du bruit venant de votre réfrigérateur, comme la réserve à glaçons si votre appareil est un frigo américain.

Comment réagir face à des bruits inhabituels du réfrigérateur ?

Si aucun de ces bruits ne justifie le problème auquel vous devez faire face avec votre réfrigérateur, il peut être nécessaire d’intervenir. C’est notamment le cas des vibrations injustifiées ou des claquements et autres couinements trop réguliers.

En fonction de votre situation, voici quelques conseils simples que vous pouvez suivre pour atténuer le bruit :

  • vérifiez que votre réfrigérateur n’est pas bancal, notamment en réglant ses pieds ;
  • isolez votre réfrigérateur du sol grâce à des patins, afin de lui épargner certaines vibrations ;
  • décollez votre réfrigérateur du mur, afin que l’air circule bien autour de lui ;
  • dégivrez régulièrement votre appareil, si celui-ci ne le fait pas lui-même, car trop de givre entraîne une sollicitation importante du compresseur ;
  • nettoyez la grille arrière de votre réfrigérateur au moins une fois tous les deux mois, dans le but d’éviter l’accumulation de poussière.

Redonner un coup de jeune à sa hotte aspirante

Parmi les différents éléments de la cuisine, la hotte est bien souvent l’équipement le plus imposant visuellement. Si vous ne supportez plus votre cuisine et que vous envisagez un relooking complet de celle-ci, vous allez notamment être obligé de redonner un petit coup de jeune à votre hotte si vous ne souhaitez pas la changer. Sans vous lancer dans de grands travaux, et afin d’éviter des dépenses importantes, voici quelques astuces pour lui donner une seconde vie.

Assurer le nettoyage de la hotte

Avant de commencer votre relooking, il est nécessaire de nettoyer la hotte pour que celle-ci brille de mille feux. Dans cette optique, voici la procédure que vous pouvez suivre avant de passer aux autres étapes :

  1. Préparez une bassine d’eau très chaude ;
  2. Enlevez les filtres de votre hotte et plongez-les dans la bassine ;
  3. Ajoutez du bicarbonate de soude sur le tout et laissez agir pendant au moins une heure ;
  4. Nettoyez la hotte pendant que les filtres trempent, de préférence avec de l’eau savonneuse, ou du vinaigre blanc si l’odeur ne vous dérange pas ;
  5. Retournez les filtres au bout d’une heure, afin de faire tremper également toutes les parties qui n’ont pas été immergées, et laissez agir de nouveau pendant 60 minutes ;
  6. Nettoyez les filtres lavés avec une brosse et rincez-les à l’eau claire ;
  7. Laissez sécher les filtres à l’air libre avant de les remettre en place dans la hotte.

À ce stade, votre hotte est toute propre et prête à être relookée dans les meilleures conditions possible. Vous aurez peut-être besoin de changer les parties trop abimés, pour ça direction Spareka qui vend toutes sortes de pièces électroménager.

Relooker une hotte avec un peu de peinture

Pour votre relooking de hotte, le plus simple reste de lui donner un petit coup de jeune grâce à un peu de peinture, car celui-ci suffira à changer considérablement la déco de votre pièce et de cet équipement. Il en va d’ailleurs de même pour une hotte de cheminée, si le changement de décoration se déroule dans votre salon.

En fonction du métal de votre hotte, il peut être nécessaire d’appliquer une sous-couche pour métaux non ferreux, comme c’est le cas pour l’aluminium, le cuivre, ou le zinc. Ensuite, vous pouvez choisir une peinture acrylique ou glycéro, même si cette dernière semble plus appropriée car lessivable, qu’elle soit satinée ou brillante. Munissez-vous d’un rouleau laqueur pour peindre votre hotte et assurez-vous de bien laisser sécher avant toute utilisation.

Installer des toilettes suspendues

Le WC suspendu, c’est LA grande tendance du moment. Installé grâce à un bâti-support encastré dans le mur ou fixé au sol, le châssis est recouvert d’un habillage et seule la cuvette est apparente. Louées pour leur esthétisme, leur gain de place, leur confort (plus silencieux et hauteur réglable), et leur facilité d’entretien, est-ce que ces toilettes sont un bon choix ?

Que faut-il savoir avant de vous lancer ?

Faisons le point sur quelques points importants avant toute installation de WC suspendu.

  • L’évacuation :

Les toilettes suspendues nécessitent une évacuation au sol ou murale, sachant que pour une rénovation, il faut souvent adapter celle des anciennes toilettes, générant de possibles travaux supplémentaires et un prix plus élevé.

  • La nature du support :

De la nature du support dépend le type de bâti à utiliser. Ainsi, un bâti en applique n’est possible que sur un mur porteur, sinon un WC autoportant doit être privilégié afin que le poids repose au sol. De plus, si ce même sol est en bois, il nécessite un renforcement pour rendre l’installation possible.

  • L’alimentation en eau :

Il faut amener l’eau à hauteur du réservoir, grâce à un simple flexible qui permet de faire la jonction, ou avec un raccord en cuivre pour les plus motivés.

Est-ce que le gain de place est réel ?

Oui et non. Le bâti-support fait 12 cm de profondeur, auquel se rajoutent environ 3 cm de cloison, et la cuvette fait 55 cm de profondeur. Cela fait donc 70 cm au total, contre 70 cm pour des toilettes standard. Certes, il est possible de récupérer une dizaine de centimètres avec un bâti moins volumineux et une cuvette plus courte, mais le gain de place reste négligeable.

Comment installer un WC suspendu ?

Pour l’installation de toilettes suspendues, beaucoup de marques et modèles sont disponibles, sans parler du temps de main d’œuvre à connaître.

  • Les modèles et marques :

Grohe, Geberit, Villeroy, Bosch… Le choix des modèles est vaste. Si les prix sont variés, ils dépendent principalement des marques, du niveau de finition, de la facilité de montage et de certaines pièces. Alors que les toilettes sont généralement vendues en pack prêt à installer, Geberit propose par exemple des solutions intéressantes pour les situations particulières, comme la pose à l’étage (quand le revêtement au sol ne permet pas l’autoportant), la pose des toilettes dans un angle, ou la pose en îlot, très en vogue. Il existe aussi des bâti-supports moins hauts, qui permettent d’installer les WC suspendus sous une fenêtre.

  • Le prix :

L’achat d’un WC suspendu revient plus cher, soit entre 100 et 800 euros (sans compter la pose).

  • L’installation :

Poser des toilettes suspendues est à la portée de tout bricoleur, à condition de savoir lire un guide de montage et de connaître les bases de plomberie. Vous pouvez aussi faire appel à un professionnel dont les prix varient en fonction du type de projet, rénovation ou construction neuve, mais aussi du degré de finition et des matériaux souhaités. Demandez des devis !

  • Pour une construction neuve, il faut compter quelques heures d’installation.
  • Pour une rénovation, une bonne journée est requise, avec le dépôt des anciennes toilettes et les adaptations diverses. Dans ce cas, un WC autoportant sera plus facile à installer, mais aussi plus cher.

Toute réparation ou maintenance sur des WC suspendus est plus laborieuse, la faute à un accès au mécanisme plus complexe. Évitez donc les modèles bas de gamme, qui sont moins chers à l’achat, mais plus sensibles aux pannes.

Quelle puissance pour une perceuse sans fil ?

En matière de perceuse, l’offre sur le marché se compose de très nombreux modèles, ce qui peut rendre difficile votre choix avant achat. Pour bien choisir votre outil, il est donc nécessaire de savoir à quelle fréquence vous allez l’utiliser ou encore pour quel type de travaux de bricolage. Selon les réponses à ces questions, la perceuse recommandée ne sera pas nécessairement la même. Mais alors, comment trouver la perceuse de vos rêves ? Et quelle doit être sa puissance ? On vous dit tout sur ce domaine complexe.

Quels sont les différents types de perceuses ?

Sur le marché des perceuses, on recense 4 principaux appareils, dont les caractéristiques peuvent être amenées à changer, même si le but principal reste de percer :

  • la perceuse visseuse, un outil 2 en 1 bien pratique pour visser et dévisser rapidement ;
  • la perceuse à percussion, idéale pour percer des matériaux durs, comme du béton, du métal ou de la brique ;
  • la visseuse angulaire, parfaite pour les zones en hauteur ou les recoins de meubles ;
  • la visseuse, qui se limite à l’assemblage de meubles, mais ne peut guère remplir de plus gros travaux de bricolage.

À noter que toutes ces perceuses peuvent être sans fil ou filaires, même si choisir une perceuse à batterie semble être le meilleur choix. Toutefois, malgré son autonomie et sa maniabilité, la perceuse sans fil connaît quelques limites, notamment pour un matériau dur. Si certains modèles peuvent permettre de passer cette difficulté, elle n’est toutefois pas réputée pour sa grande puissance. Selon votre situation, il peut être plus approprié de choisir une perceuse filaire, car celle-ci bénéficie d’une alimentation sur secteur et se dote donc d’une puissance bien plus importante. Cette dernière est même recommandée pour tous les matériaux durs et tous les travaux intensifs.

Quelle doit être la puissance de la perceuse ?

La puissance de la perceuse est sans aucun doute le critère essentiel qui doit dicter votre choix. Plus une perceuse est puissante, plus elle fournira un service rapide et efficace. En fonction de vos besoins, vous devez donc savoir faire la distinction entre une puissance démesurée et une puissance utile.

De manière générale, la puissance d’une perceuse va de 500 W jusqu’à plus de 1200 W en fonction des modèles. Néanmoins, la fourchette idéale se situe entre 700 et 1000 W, notamment s’il s’agit de travaux occasionnels. Pour un usage professionnel ou intensif, choisissez plutôt une perceuse de 1200 ou 1300 W, tout en faisant attention à la tension électrique. À ce titre, 18V est plus que recommandé pour une bonne puissance, alors que 12V peut suffire pour des travaux légers.

Comment choisir son perforateur ?

Si vous êtes un grand bricoleur, vous savez que les perforateurs sont des outils très utiles, qu’il peut être nécessaire d’avoir lors de différents travaux. Que ce soit pour la rénovation d’une maison ou pour des réparations diverses, le perforateur doit allier puissance et précision, sans oublier la force et l’efficacité nécessaires à cet outil qui s’apparente au marteau piqueur. Comment bien choisir son perforateur ? Et quels sont les accessoires à privilégier sur son appareil ? Faisons un tour d’horizon des critères essentiels à prendre en compte en fonction de votre utilisation.

Quels sont les différents types de perforateur ?

Sur le marché, il existe principalement 2 types de perforateurs : le perforateur filaire et le perforateur portable.

Dans le cas du perforateur filaire, il s’agit tout simplement d’un perforateur avec un fil d’alimentation, réputé pour être de plus en plus puissant année après année. Si vous vous engagez dans de gros travaux, ce type de perforateurs est incontournable. De plus, leur puissance permet d’être aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers de les utiliser. Sur ce créneau, la marque Bosch propose quelques modèles de grande qualité, comme le Bosch PBH 2500 RE, le plus accessible pour des particuliers, ou le Bosch SDS-plus GBH 2-28 DFV, plutôt recommandé aux professionnels.

Du côté des perforateurs portables, ces derniers fonctionnent grâce à une batterie, ce qui les rend moins puissants que des perforateurs filaires. Néanmoins, leur grande mobilité permet de les utiliser n’importe où, de quoi leur conférer une utilité plus intéressante. Là encore, Bosch se démarque avec le meilleur rapport qualité-prix, notamment par le biais du modèle Bosch Uneo Maxx, contenant une pile de 18V.

Quels sont les critères à suivre pour choisir un perforateur ?

Se lancer dans l’achat d’un perforateur nécessite de faire attention à certaines caractéristiques et de ne pas se laisser berner par une promotion éventuelle. En effet, l’appareil doit être compatible avec les travaux que vous envisagez (perforateur, burineur, etc.).

En premier lieu, la puissance du moteur est un critère déterminant, tout comme le son également la force de frappe et la vitesse de rotation. Moins la puissance est élevée, plus votre perforateur mettra du temps à percer et plus ses forets s’abîmeront. Pour du burinage, une excellente force de frappe est également recommandée, car plus elle est élevée, plus votre appareil aura les mêmes effets qu’un mini marteau piqueur.

Dans tous les cas, ne négligez pas la fonction burineur, qui peut vous être utile, ni même l’autonomie de la batterie, au même titre qu’un ordinateur. Plus celle-ci est élevée, plus vous pourrez faire de travaux sans devoir le mettre en charge.